Laboratoire Mine

Espace Médecins

Cet espace nous permet de transmettre aux médecins prescripteurs des informations médicales concernant leurs prescriptions.

Toutes les informations médicales ici transmises sont étayées par des publications jointes.

Depuis le 19 janvier 2010, la nomenclature des actes de Biologie médicale ne permet plus la réalisation simultanée de l’amylasémie et de la lipasémie.

En effet, la NABM (version 31) mentionne :

L’amylasémie n’est pas indiquée dans la suspicion de pancréatite aigüe.
Sauf en cas de prescription d’amylasémie motivée, le biologiste médical exécute en lieu et place du dosage de l’amylasémie un dosage de lipasémie.

Ces informations sont étayées par un rapport de l’HAS daté de Juillet 2009 :
Devant un tableau clinique évocateur de pancréatite aigüe, le seul dosage biologique à visée diagnostique à réaliser est celui de la lipasémie.
La lipasémie a une efficacité diagnostique supérieure à celle de l’amylasémie pour le diagnostic de la pancréatite aigüe.

Pourquoi pas l’amylase ?

  • sensibilité faible vis-à-vis des pancréatites aigües alcooliques et chez les sujets hypertriglycéridémiques.
  • spécificité faible du fait des affections non pancréatiques associant douleur abdominale et hyperamylasémie.

Quel seuil retenir pour le dosage de la lipasémie ?
Le seuil de 3 fois la normale du laboratoire est largement consensuel.
NB : Ni la lipase ni l’amylase n’ont de valeur pronostique ou étiologique.



Le Laboratoire fournit, depuis le 26 mars 2010, des résultats de PSA obtenus grâce à un réactif de 3ème génération qui améliore les données de sensibilité analytique (0.003 µg/l) et la détermination des valeurs basses (avec un seuil de quantification de 0.010 µg/l au lieu de 0.100 µg/l auparavant).

Une meilleure sensibilité dans les valeurs basses vous permet un meilleur suivi des résultats de patients prostatectomisés



Le dosage de la fraction HbA1c de l’hémoglobine permet le suivi despatients diabétiques et l’adaptation de leur traitement. L’HAS préconise, dans un rapport publié en juillet 2007, :

Situation HbA1cTraitementObjectif HbA1c
HbA1c entre 6 et 6.5% malgré MHD*Monothérapie par metformine (ou IAG*, en cas d’intolérance ou de contre-indication)< 6.5%
HbA1c > 6.5 % malgré MHD*Monothérpaie par insulinosécréteur ou metformine ou IAG*Maintenir l’HbA1c < 6.5 %
HbA1c > 6.5 % malgré monothérapie et MHD*BithérapieRamener l’HbA1c < 6.5 %
HbA1c > 7 % malgré bithérapie et MHD*Trithérapie ou insuline + metformine +/- autres ADO* exceptée glitazoneRamener l’HbA1c < 7 %
HbA1c > 8 % malgré trithérapie et MHD*Insuline + metformine +/- autres ADO* exceptée glitazoneRamener l’HbA1c < 7 %

*MHD : Mesures hygiéno-diététiques
ADO : Antidiabétiques oraux
IAG : Inhibiteurs des alphaglucosidases intestinales



La valeur du résultat de l’hémoglobine HbA1c peut être perturbé en cas d’hémoglobinopathies.

En effet, la présence d’une hémoglobine anormale perturbe le processus normal de glycation de l’HbA en HbA1c. De plus, la valeur de l’HbA1c est conditionnée par une durée de vie normale des globules rouges de 120 jours et une synthèse normale de l’hémoglobine (97 à 99 % d’HbA). Toute modification d’un de ces 2 paramètres perturbe l’équilibre entre synthèse / dégradation et glycation non enzymatique (1,3).

Afin de mettre en évidence et vous signaler la présence de variants de l’hémoglobine, le Laboratoire s’est équipé d’un automate HPLC très performant (G8 fourni par Tosoh) (4). Cet automate permet de détecter les variants les plus courants (HbS, HbC et HbD) et, en fonction de leur proportion de vous rendre un résultat fiable ou non. Dans certains cas d’interférences importantes par des variants, le résultat ne peut être rendu.

Certaines sources préconisent alors le dosage de la fructosamine plasmatique pour le suivi du sujet diabétique (2). Toutefois, l’information donnée par le dosage de la fructosamine est différente de l’HbA1c (intégration d’une période plus courte de 2 à 3 sem. au lieu de 4 à 6 semaines) et des études ont montré la faible corrélation entre HbA1c et fructosamine (5,6).

 

(1) Un résultat d’hémoglobine A1c est-il toujours interprétable ? Fonfrède M – Spectra Biologie n° 152, Mai 2006

(2) Dosage de l’hémogllobine A1c et hémoglobinopathies : problèmes posés et conduite à tenir – Gillery et al. -Annales de Biologie Clinique, Vol. 58, Numéro 4, 425-9, Juillet-Août 2000

(3) Les difficultés d’interprétation du dosage de l’hémoglobine A1c – Mario N – Revue Francophone des Laboratoires Volume 2006, Issue 382, May 2006, Pages 39-43

(4) Evaluation de l’analyseur G8 et du logiciel piano (Tosoh Bioscience) pour la détermination de l’hémoglobine A1c – Samaan S, LESELLIN A, Baron S, Fonfrède M – Spectra Biologie n° 161 Spetembre Octobre 2007

(5) Discordance between HbA1c and fructosamine – Chen RM, Chenier TC, Holmes YR, Joiner CH – Diabetes Care, vol 26, number 1, January 2003

(6) Can fructosamine be a surrogate for HbA1c in evaluating the achievement of therapeutic goals in diabetes ? – Narbonne H, Renacco E, Pradel V, Portugal H, Vialettes B – Diabetes Metab (Paris) 2001, 27, 598-603

Le dépistage du diabète gestationnel en 2 temps (dépistage par le test de O’Sullivan et confirmation par l’HGPO avec 100g de glucose) doit être abandonné.

Comment dépister le diabète gestationnel en 2011 ?

  • Dès le 1er trimestre : glycémie à jeun 0,92 g/l
  • Si la glycémie à jeun est normale au 1er trimestre, pratiquer une HGPO avec 75g de glucose entre 24 et 28 SA avec mesure des glycémies à T0, T1 heure et T2 heures.

Le diabète gestationnel est affirmé si une des valeurs n’est pas comprise dans les normes suivantes :
– glycémie à jeun < 0,92 g/l
– glycémie à T1 heure < 1,80 g/l
– glycémie à T2 heures < 1,53 g/l

Sources : Recommandations pour la pratique clinique sur le diabète gestationnel, publiées en décembre 2010 par le collège national des gynécologues et obstétriciens français.

Depuis le 19 janvier 2010, la nomenclature des actes de Biologie médicale ne permet plus la réalisation simultanée de l’amylasémie et de la lipasémie.

En effet, la NABM (version 31) mentionne :

L’amylasémie n’est pas indiquée dans la suspicion de pancréatite aigüe.
Sauf en cas de prescription d’amylasémie motivée, le biologiste médical exécute en lieu et place du dosage de l’amylasémie un dosage de lipasémie.

Ces informations sont étayées par un rapport de l’HAS daté de Juillet 2009 :
Devant un tableau clinique évocateur de pancréatite aigüe, le seul dosage biologique à visée diagnostique à réaliser est celui de la lipasémie.
La lipasémie a une efficacité diagnostique supérieure à celle de l’amylasémie pour le diagnostic de la pancréatite aigüe.

Pourquoi pas l’amylase ?

  • sensibilité faible vis-à-vis des pancréatites aigües alcooliques et chez les sujets hypertriglycéridémiques.
  • spécificité faible du fait des affections non pancréatiques associant douleur abdominale et hyperamylasémie.

Quel seuil retenir pour le dosage de la lipasémie ?
Le seuil de 3 fois la normale du laboratoire est largement consensuel.
NB : Ni la lipase ni l’amylase n’ont de valeur pronostique ou étiologique.



Le Laboratoire fournit, depuis le 26 mars 2010, des résultats de PSA obtenus grâce à un réactif de 3ème génération qui améliore les données de sensibilité analytique (0.003 µg/l) et la détermination des valeurs basses (avec un seuil de quantification de 0.010 µg/l au lieu de 0.100 µg/l auparavant).

Une meilleure sensibilité dans les valeurs basses vous permet un meilleur suivi des résultats de patients prostatectomisés



Le dosage de la fraction HbA1c de l’hémoglobine permet le suivi despatients diabétiques et l’adaptation de leur traitement. L’HAS préconise, dans un rapport publié en juillet 2007, *MHD : Mesures hygiéno-diététiques ADO : Antidiabétiques oraux IAG : Inhibiteurs des alphaglucosidases intestinales

La valeur du résultat de l’hémoglobine HbA1c peut être perturbé en cas d’hémoglobinopathies.

En effet, la présence d’une hémoglobine anormale perturbe le processus normal de glycation de l’HbA en HbA1c. De plus, la valeur de l’HbA1c est conditionnée par une durée de vie normale des globules rouges de 120 jours et une synthèse normale de l’hémoglobine (97 à 99 % d’HbA). Toute modification d’un de ces 2 paramètres perturbe l’équilibre entre synthèse / dégradation et glycation non enzymatique (1,3).

Afin de mettre en évidence et vous signaler la présence de variants de l’hémoglobine, le Laboratoire s’est équipé d’un automate HPLC très performant (G8 fourni par Tosoh) (4). Cet automate permet de détecter les variants les plus courants (HbS, HbC et HbD) et, en fonction de leur proportion de vous rendre un résultat fiable ou non. Dans certains cas d’interférences importantes par des variants, le résultat ne peut être rendu.

Certaines sources préconisent alors le dosage de la fructosamine plasmatique pour le suivi du sujet diabétique (2). Toutefois, l’information donnée par le dosage de la fructosamine est différente de l’HbA1c (intégration d’une période plus courte de 2 à 3 sem. au lieu de 4 à 6 semaines) et des études ont montré la faible corrélation entre HbA1c et fructosamine (5,6).

(1) Un résultat d’hémoglobine A1c est-il toujours interprétable ? Fonfrède M – Spectra Biologie n° 152, Mai 2006

(2) Dosage de l’hémogllobine A1c et hémoglobinopathies : problèmes posés et conduite à tenir – Gillery et al. -Annales de Biologie Clinique, Vol. 58, Numéro 4, 425-9, Juillet-Août 2000

(3) Les difficultés d’interprétation du dosage de l’hémoglobine A1c – Mario N – Revue Francophone des Laboratoires Volume 2006, Issue 382, May 2006, Pages 39-43

(4) Evaluation de l’analyseur G8 et du logiciel piano (Tosoh Bioscience) pour la détermination de l’hémoglobine A1c – Samaan S, LESELLIN A, Baron S, Fonfrède M – Spectra Biologie n° 161 Spetembre Octobre 2007

(5) Discordance between HbA1c and fructosamine – Chen RM, Chenier TC, Holmes YR, Joiner CH – Diabetes Care, vol 26, number 1, January 2003

(6) Can fructosamine be a surrogate for HbA1c in evaluating the achievement of therapeutic goals in diabetes ? – Narbonne H, Renacco E, Pradel V, Portugal H, Vialettes B – Diabetes Metab (Paris) 2001, 27, 598-603

Le dépistage du diabète gestationnel en 2 temps (dépistage par le test de O’Sullivan et confirmation par l’HGPO avec 100g de glucose) doit être abandonné.

Comment dépister le diabète gestationnel en 2011 ?

  • Dès le 1er trimestre : glycémie à jeun 0,92 g/l
  • Si la glycémie à jeun est normale au 1er trimestre, pratiquer une HGPO avec 75g de glucose entre 24 et 28 SA avec mesure des glycémies à T0, T1 heure et T2 heures.

Le diabète gestationnel est affirmé si une des valeurs n’est pas comprise dans les normes suivantes :
– glycémie à jeun < 0,92 g/l
– glycémie à T1 heure < 1,80 g/l
– glycémie à T2 heures < 1,53 g/l

Sources : Recommandations pour la pratique clinique sur le diabète gestationnel, publiées en décembre 2010 par le collège national des gynécologues et obstétriciens français.